Tous les outils pour coucher les idées sur le papier

Le dessin est une technique qui est communément utilisée par les artistes du fait de son immédiateté ; en effet, il ne nécessite aucune préparation et les matériaux sont prêts à l’emploi. Le dessin peut servir à l’esquisse comme être une œuvre définitive. On dispose d’une gamme d’instrument divers correspondant à tous les styles.

Les techniques

Le croquis (familièrement, un crobard) est un dessin fait rapidement, à main levée, sans recherche de détails La pratique du croquis est un exercice indispensable au dessinateur pour maintenir la précision et la justesse du dessin, comparable en cela aux « gammes » pratiquées par les musiciens..Il permet de donner une explication visuelle, en tant qu'outil de communication. Enfin, le croquis peut être un dessin préalable à un travail plus important et plus détaillé, mais dans ce cas on parlera plutôt d'esquisse.

Le croquis peut se faire au crayon, mais aussi avec toutes les techniques rapides : fusain, encre (plume ou pinceau), aquarelle, gouache, etc.

L’ esquisse est un dessin tracé rapidement soit comme ébauche pour une œuvre plus élaborée, soit pour prendre des notes dans des conditions qui ne permettent pas de créer un dessin ou une peinture aussi complète que désiré (dans ce cas, on parle plutôt de croquis!. Le croquis est un dessin rapide effectué à titre de « prise de note » ou d'exercice, alors que l'esquisse est un préalable à un travail ultérieur. La frontière entre les deux notions peut donc être assez floue selon le contexte).

Les techniques généralement utilisées pour les esquisses sont encre de Chine, fusain, sanguine, aquarelle, crayon, mais de nombreuses autres techniques peuvent l'être aussi avec de l'expérience 

Le fusain est une branche de saule ou de fusain d'Europe (fusago) carbonisée en vase clos. Bien que concurrencé par des produits plus élaborés (craies et mines de différents types), le fusain reste un outil de dessin irremplaçable. Le fusain est traditionnellement l'outil de dessin le plus simple et le plus utilisé dans le dessin d'art, les études, les esquisses, car il est bon marché et permet d'obtenir des noirs très profonds, des tracés précis, fins ou au contraire très larges, selon la façon dont il est utilisé.

Le fusain est aussi très utilisé par les peintres pour réaliser l'esquisse sur la toile destinée à recevoir la peinture. L'excès de poudre s'enlève d'un coup de chiffon pour révéler un dessin léger dont la trace disparaîtra sous la couleur. Le fusain peut être plus ou moins tendre. Comme pour le crayon mine, plus il sera sec et moins il marquera le support, et à l'opposé, plus il sera tendre, plus il le noircira. Les traces laissées par le fusain naturel peuvent être gommées avec une gomme mie de pain, gomme la mieux adaptée, puisqu'elle n'étale pas le graphite très poudreux.

Les crayons fusains sont constitués de mines en fusain aggloméré, comme pour les crayons graphites, ils sont plus ou moins tendres, leur dureté varie entre 4h et 4b. Ils permettent un travail plus précis que les bâtons de fusain.

La sanguine désigne une famille de pigments de couleur rouge terre (d'où vient son nom). La sanguine se décline également en orange, ocre, marron, beige. On trouve des craies, des crayons et des pastels de couleur sanguine. La couleur sanguine est produite historiquement à partir d'une roche contenant de l'oxyde de fer.

Par extension, une œuvre (monochrome) exécutée avec de la sanguine porte le nom de sanguine. La sanguine trouve son utilisation naturelle dans la production de croquis, de modèles vivants et de scènes rustiques. Elle est idéale pour le rendu des modelés et des volumes. La sanguine sous forme de craie s'étale facilement et a une utilisation proche de celle du fusain ou du pastel. Elle nécessite ainsi d'être fixée à la fin de l'exécution de l'œuvre.

Un crayon sanguine contient une mine à base d'argile ou de terre rouge naturelle. Apparenté aux pastels, il est employé particulièrement dans la technique dite des « trois crayons » avec la pierre noire et la craie blanche.

Comme pour le pastel, le ton du papier est primordial pour l'exécution d'une sanguine. Ainsi, une technique picturale ayant été mise au point pendant la Renaissance s'appelle la technique des trois crayons et consiste à représenter un modèle vivant à l'aide d'une craie sanguine, d'une pierre noire et d'une craie blanche sur un papier teinté (couleur crème par exemple). La combinaison de ces couleurs permet de rendre toutes les nuances carnées du modèle vivant avec le plus grand réalisme. 

Les pastels sont des bâtonnets de couleur utilisés en dessin et peinture. Ils sont composés de pigments, d'une charge et d'un liant. Le pastel a connu son apogée au XVIIe siècle, grâce à ses couleurs franches et son aptitude à imiter fidèlement les tissus, les textures et les lumières, il était naturellement devenu indissociable de l'art du portrait. Il évolue dans le temps grâce aux artistes et l’on distingue aujourd’hui différents type de pastels : les pastels secs (tendres ou durs) et les pastels gras (à l'huile ou à la cire).

Contrairement à la peinture de type peinture à l'huile, gouache ou acrylique, qui permet de créer une infinité de couleurs à partir de mélanges, le pastel ne permet de mélanger les couleurs que de manière limitée. En effet, le mélange des couleurs sature très rapidement les pores du papier sur lequel on peint. Le pastelliste doit donc se munir d'une gamme de couleurs la plus large possible

Les pastels secs

  • Pastels tendres Le pastel tendre est le type de pastel le plus fragile car le plus friable. Il est composé de pigments, de craie et de gomme arabique comme liant. Ce sont les pastels pour lesquels on trouve une gamme chromatique la plus étendue dans le commerce.
  • Pastels durs Les pastels durs sont plus solides et sont généralement présentés sous forme de bâtonnets carrés, apparentés aux craies. Parmi eux on trouve les célèbres « carrés Conté » de la marque française Conté à Paris.
  • Crayons pastels (durs) Les crayons pastels sont des pastels conditionnés sous forme de crayons en bois avec une mine de pastel sec mais moins friables par l'adjonction d'une plus importante quantité de gomme arabique . Ils permettent un travail précis, s'affûtent facilement et résistent au choc. Ils ne sont en revanche pas adaptés aux larges surfaces.Ils s'emploient seuls ou en complément de la technique du pastel sec et aussi dans des techniques mixtes, notamment avec la gouache
  • Pastels gras La technique des pastels gras est très différente de celle des pastels tendres.
  • Pastels à la cire

    Les pastels à la cire ont été mis au point au Japon en 1924 par les professeurs Rinzo Satake et Shuku Sasaki afin de procurer à leurs étudiants un moyen de s'exprimer coloré, facile et bon marché.

    Ces pastels économiques conviennent aux techniques de dessin et de croquis. Ils saturent vite et ne permettent pas d'œuvres abouties, contrairement aux pastels à l'huile, plus onctueux.

  • Pastels à l'huile Les pastels à l'huile auraient été mis au point par la boutique Sennelier à la demande de Pablo Picasso en 1949. Dans ce type de pastels, la gomme arabique est remplacée par de l'huile, ce qui explique leur texture grasse et souple, très agréable à travailler.
    La technique du pastel se caractérise par l'utilisation directe de teintes très lumineuses sous la forme de bâtons.

    Le bâton de pastel s'utilise sur la pointe (taillé ou non) ou sur la tranche.
    On peut utiliser les pastels gras en finition de tableaux à l'huile, à l'acrylique ou à l'aquarelle. Attention toutefois, le pastel à l'huile ne sèche pas, il faut donc éviter de peindre par-dessus.

    Comme à l'huile, on peut utiliser de l'essence de térébenthine pour diluer ou estomper la couleur, ou du médium à peindre pour en modifier la texture sur le support.

    Les pastels du commerce contiennent souvent un mélange d'huile et de cire, en proportion différente selon leur qualité. Trop de cire entraine un pastel qui patine rapidement et empêche les superpositions multiples.
  • Pastels gras diluables à l'eau

    A l'instar des crayons aquarellables, ces pastels contiennent une base de cire. Mais sans huile, ils sont hydrophiles : la couleur se dissout dans l'eau et peut être étalée au moyen d'un pinceau humide. Fabriqués essentiellement par la société suisse Caran d'Ache, ils se présentent sous forme de bâtonnets. Il ne faut pas les confondre avec les crayons aquarellables qui sont plus proches des crayons de couleur classique.

    Les crayons de couleurutilisent des mines faites de pigments mélangés à de l'argile et de la gomme ou de la résine. Les crayons de couleur de qualité sont largement utilisés par les professionnels de l'illustration. Ils présentent une large gamme de couleurs et de nuances. Les crayons de couleur sont généralement équipés de mines de type gras : selon les fabrications, il existe cependant divers degrés de dureté, mais qui ne sont pas indiqués, contrairement à leurs équivalents graphite. Ils sont, le plus souvent, destinés à l'usage du coloriage à l'instar du stylo-feutre. Les crayons de couleurs font donc partie de la trousse de l'écolier et sont, à ce titre, souvent associés à la jeunesse et à l'école. Pour les plus jeunes, par souci de sécurité, des crayons « sans bois », et des crayons de cire ont fait leur apparition. Ils permettent une meilleure prise en main (grâce à un format « large » adapté) et évitent les échardes.

Les crayons aquarelle sont des crayons de couleurs constitués de mines miscibles dans l'eau, ils sont utilisés secs ou dilués dans l'eau, seuls ou dans les techniques mixtes avec la gouache et l'aquarelle. Les traces de crayons allongés d'eau se diluent et donnent l'aspect de l'aquarelle.

Les supports

Le papier est le plus courant, dans différentes qualités, teintes et épaisseurs selon l’usage : le papier lisse pour le crayon ou le feutre, « à grain » pour le fusain, les craies d’art, les crayons pastel. Le papier aquarelle pour le crayon aquarellable, mais aussi pour le fusain et les craies qui s’y accrocheront.

L'outillage

- Le crayon et la mine de plomb sont les plus simples, les plus courants et les moins chers. Les plus durs (donc de clairs à très clairs) sont marqués « H » jusqu’au « 8H » (très dur) et les tendres (donc de foncé à très foncé) sont marqué« B » jusqu’au « 8B ». Le medium étant « HB », le plus courant. On les taille au taille-crayon, au cutter ou au papier de verre. 
- Le fusain est un bois de saule carbonisé. Il est très noir, friable et tendre et a besoin d’être fixé au fixatif. 
- Le fusain reconstitué est moins fragile et plus difficile à effacer. Le fixatif est néanmoins recommandé.  
- Les crayons de couleurs sont bon marché et transportables. Ils offrent une vaste gamme de tons. 
- Les crayons aquarellables permettent des effets d’aquarelle lorsque les tons sont mêlés avec un pinceau humide. 
- Les pastels sont des craies grasses ou sèches, qui permettent de travailler l’estompe. 
- Les crayons-pastel et les craies d’art, moins fragiles que les pastels secs ; permettent des traits fins et des détails. On peut les estomper à sec. 
- L’encre de Chine peut être utilisée à la plume en métal, à la plume d’oie et au roseau (calame). On peut la diluer et l’étaler au pinceau en lavis. 
- Les feutres donnent une extraordinaire diversité de couleurs et d’épaisseurs permettant toutes sortes de traits. Il serait réducteur d’imaginer que les feutres ou les crayons sont réservés aux enfants ; de grands artistes contemporains les ont utilisés dans leurs créations : Matisse ou Picasso pour ne citer que ceux-là. 
- Le fixatif : permet de fixer fusain et pastel très volatiles, et éviter de salir votre dessin. 
- Le taille crayon, ou le cutter pour tailler les mines, 
- La gomme plastique pour le crayon, 
- La gomme « mie de pain » (ainsi nommée parce qu’elle évoque la tendresse de la mie) idéale pour le fusain car elle n’étale pas la poudre du graphite. 
- Les estompes (rouleaux de papier en pointe) servent à enlever une partie du fusain et de l’éclairer sans gratter le papier

Les conseils de notre coach/ Les astuces de nos clients

Toutes les techniques peuvent être employées ensemble sur un même dessin, exemple, un trait au crayon HB, puis remplissage au crayon-pastel et noirs au fusain. N’hésitez pas à tester différents papiers : le kraft de couleur ; le carton d’emballage font d’excellents supports.